Médias » Communiqués » Communiqué


PDC
Communiqué
20.11.12

Transition énergétique: assez de blabla, place aux actes

A la mi-décembre, l’assemblée de ma commune – à mon instigation ainsi qu’à celle du Conseil communal – va voter des crédits pour la mise en place de panneaux solaires sur le toit de la caserne des pompiers. Cela ne va pas vraiment faire les gros titres de la presse nationale, d’autant qu’il n’est guère étonnant d’utiliser ce type d’énergie dans le Jura soleurois, région ensoleillée s’il en est. Et pourtant, à écouter les débats sous la coupole du Palais fédéral, on pourrait croire que de tels projets sont renvoyés à un avenir lointain.
 
A Berne, les discussions sont en effet bien différentes. Depuis que Doris Leuthard a présenté aux médias la stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral, on s’écharpe avant tout sur des questions de chiffres.
 
On se bat pour savoir s’il faut mettre en place des centrales combinées à gaz dans le cadre de la «transition énergétique», afin de disposer d’assez d’énergie de réglage et de compensation au-delà de l’année 2020. On se bat pour savoir si la transition énergétique va faire perdre ou gagner aux Suisses 0,1% de niveau de vie en 2050. On se bat pour savoir si les coûts d’installations du photovoltaïque atteindront la parité réseau en 2019 ou plutôt en 2025.

Une réponse plausible à l’une de ces questions pourrait-elle amener un renoncement à la stratégie de sortie du nucléaire? Très clairement, non. Le mot lui-même le dit bien: il s’agit d’une stratégie. Une stratégie ne peut avoir pour effet de graver dans le marbre en 2012 les modes d’approvisionnement en énergie au kilowatt-heure près de trente ans plus tard.
 
Une stratégie consiste à définir l’objectif à atteindre en matière d’approvisionnement en énergie. Et cet objectif est plus simple que les chiffres sur lesquels on pinaille: garantir, au terme de la durée de vie utile de nos centrales nucléaires, une alimentation de la Suisse avec une énergie propre, économique et nationale. Il faut ensuite, dans le cadre d’une stratégie de continuité, observer cet objectif et, au besoin, corriger les mesures prises.
 
De ce point de vue, les débats interminables sur le réglage fin de la stratégie énergétique n’est pour l’instant absolument pas prioritaire dans l’ordre du jour politique. Nous serions bien avisés de quitter une telle discussion pour nous concentrer sur les véritables priorités.

A savoir, notre réseau électrique, obsolète à presque tous les niveaux et inadapté au modèle futur d’alimentation décentralisée. Des procédures (spéciales) plus rapides et des investissements massifs s’imposent dans ce domaine, avec ou sans transition énergétique. La priorité, c’est aussi un accord avec l’UE sur l’électricité, régissant les importations et les exportations au cours des prochaines décennies, car il en sera ainsi, avec ou sans transition énergétique. Et la priorité des priorités: mettre en branle les projets qui sous-tendent la transition énergétique, quel que soit le calendrier de la réalisation effective de ladite transition.
 
Dans ce contexte, c’est bien le toit de la caserne des pompiers de Herbetswil qui mérite les gros titres de la presse nationale. Ce sont des projets comme celui-ci qui sont en substance la transition énergétique pour laquelle on se dispute. La transition énergétique est déjà bien en marche! Assez de chiffres, place aux actes.

Mots clés:




URL: http://www.pdc.ch/medias/communiques/communique/archive/2012/november/article/transition-energetique-assez-de-blabla-place-aux-actes/?tx_ttnews[day]=20&cHash=5facf59e5e77b7b1b970cb922bbd8c28
Stand: 24. April 2014 06:13:00 PM