L’article constitutionnel sur la famille : le glossaire

Twitter | Imprimer

S comme Sondage. Si la votation en faveur de l’article constitutionnel sur la famille avait eu lieu hier, 55 % des Suisses auraient votés pour. Deux semaines avant la votation, cela aurait pu sembler positif si le nombre de partisans n’avait pas fortement baissé de 11 % entre le dernier sondage gfs et le précédent. 55 % signifient que nous sommes sur la bonne voie, mais ils signifient encore plus que nous devons encore lutter jusqu’au 3 mars.

A comme Alarmisme. La baisse de l’approbation est certainement aussi due à l’alarmisme et à une campagne d’alarmisme chiffrée en millions. Des enfants avec des médailles pour chiens accrochées aux oreilles et pleurant derrière des barreaux ainsi que des listes de coûts, comme si nous étions sur le point de nous endetter de la même manière que la Grèce. L’argent de la campagne aurait tout aussi bien pu être investi pour les familles.

T comme modèle familial Traditionnel. Comme nous l’avons déjà dit : un quart de toutes les familles suisses vivent selon ce modèle. Les autres couples de parents concilient leur vie familiale et leur activité professionnelle à plein temps ou à temps partiel. Tenir compte pour la première fois des modèles à deux revenus ne signifie pas que le modèle traditionnel mérite moins de respect. Au contraire : accorder la liberté de choisir signifie protéger tous les modèles familiaux. Citons l’article constitutionnel, alinéa 1 : « Dans l’accomplissement de ses tâches, la Confédération prend en considération les besoins de la famille. Elle peut soutenir les mesures destinées à protéger la famille. » Les partisans du modèle traditionnel peuvent se référer à ce passage de la même manière que les partisans de la conciliation peuvent se référer à l’alinéa 2.

I comme Ingérence. L’éducation est une affaire privée. Les parents décident de quelle manière ils souhaitent élever leurs enfants. Si l’on critique l’Etat, critiquons-le sur le fait que nulle part dans le monde ce choix est aussi difficile à imposer qu’en Suisse. En Suisse, l’Etat nous a clairement dicté un modèle familial. Il cherche à nous plier à sa volonté. En lui barrant la route avec des obstacles, il sera forcé de se rendre compte que sa voie n’est pas la bonne.

F comme Formation. Depuis longtemps, les femmes reçoivent elles-aussi une formation. Aujourd’hui, la part de femmes étudiant à l’université dépasse de 3 % celle des hommes. Le monde du travail s’empresse cependant d’inverser la balance : les femmes si bien formées se consacrent aux tâches familiales et les entreprises vont chercher la main-d’œuvre qui leur manque à l’étranger. Une absurdité économique qui peut être corrigé grâce à de meilleures conditions-cadres en faveur de la conciliation ou – pour le dire cyniquement – en s’abstenant de former les femmes.

Contact

Marianne Binder
Resp. de la communication du PDC suisse
Mobile : 079 686 01 31

Mots clés:


Thème: Votations

Précédent

Top-Themen