Médias » Communiqués » Communiqué


PDC
Communiqué
24.01.13

L’article constitutionnel sur la famille la réponse aux 5 plus grandes erreurs

Quiconque lit les arguments des adversaires de l’article constitutionnel sur la famille n’en croit pas ses yeux : c’est le diable en personne qui est peint sur la muraille. Voici la réponse à quelques affirmations fallacieuses.

Erreur n°1 : l’Etat ôte à la famille sa responsabilité individuelle

Au contraire : l’article encourage la responsabilité individuelle en créant les conditions-cadres nécessaires. Les parents sont responsables de leurs enfants, mais un (trop) grand nombre de couples renoncent à en avoir car il leur manque les conditions-cadres pour gagner leur vie de manière responsable. Il n’est pas rare que les enfants entraînent leurs parents dans la pauvreté. Il y a un siècle, beaucoup de femmes ne pouvaient pas assurer l’éducation de leurs enfant parce qu’elles travaillaient par exemple dans l’entreprise de leur mari. L’éducation des enfants était déléguée à d’autres membres de la famille. Rare sont les parents qui disposent de cette option. C’est pourquoi il est crucial pour les familles de disposer des mesures adéquates pour accueillir les enfants des parents qui travaillent.

Erreur n°2 : des coûts démesurés

Le faible taux de natalité (1,54 enfant par femme) est l’un des plus grands dangers économiques de notre pays : pour les assurances sociales par exemple, les conséquences sont énormes. C’est pourquoi améliorer la compatibilité de la vie familiale et professionnelle n’est pas seulement judicieux, mais comporte aussi un intérêt économique. Si nous n’agissons pas, c’est à l’étranger que les entreprises devront recruter les spécialistes dont elles ont besoin. L’exercice d’une activité lucrative n’augmente pas seulement les recettes fiscales, elle réduit aussi les coûts supportés par la collectivité. Parlant de coûts démesurés, penchons-nous sur les mécanismes économiques : ces investissements nous profitent à tous. 

Erreur n°3 : la Confédération centralise la politique familiale

Il incombe aux cantons de promouvoir la conciliation de la vie familiale et professionnelle. Mais ce sont les efforts des communes, des organisations privées et de l’économie qui sont déterminants. Il convient donc de les encourager. La Confédération ne peut intervenir que si les conditions-cadres empêchent les parents de choisir librement.

Erreur n°4 : l’Etat s’immisce dans la sphère privée

En Suisse, la famille est une affaire privée. L’Etat n’a ni la volonté ni le droit de s’immiscer dans la sphère privée des familles. Le nouvel article constitutionnel sur la famille permet aux parents de régler leurs affaires privées en famille, car ils ont la liberté de choisir le modèle familial qu’ils désirent. D’ailleurs : personne ne se plaint que l’Etat intervienne dans la sphère privée en mettant à disposition des homes pour les parents âgés.

Erreur n°5 : les politiques font du militantisme

Jusqu’alors, la Suisse n’avait jamais réellement défini sa politique familiale. Dans la Constitution, de nombreux domaines sont dotés de leur propre article : la politique de la jeunesse, la politique de la vieillesse, la politique de l’éducation, la politique du travail, la politique régionale et même la politique conjoncturelle ; tous ont chacun leur article dans la Constitution fédérale. Mais la politique familiale manque à l’appel.

Cela va changer avec un OUI le 3 mars 2013.

 

Mots clés:


Auteur:
PDC suisse
Thème:
Famille


URL: http://www.pdc.ch/medias/communiques/communique/archive/2013/january/article/larticle-constitutionnel-sur-la-famille-la-reponse-aux-5-plus-grandes-erreurs/?tx_ttnews[day]=24&cHash=2febdd17ea85da5d8881ca2bc3fe5ebb
Stand: 16. April 2014 08:55:48 PM